Université de Sfax (Tunisie), les 17 et 18 octobre 2016, Journées d’études « L’écriture théâtrale dans les récits de Camus »

Journées d’études de Sfax, les 17 et 18 octobre 2016,

« L’écriture théâtrale dans les récits d’Albert Camus »

Université de Sfax – Faculté des Lettres et Sciences Humaines
Unité de Recherche en Littérature, Discours et Civilisation (URLDC)

« Bien qu’il ne figure pas dans la liste des « écrivains scéniques » patentés – Beckett, Vauthier, Genet –, Albert Camus est l’un des dramaturges à s’être plongés avec le plus de joie dans la réalité du monde du spectacle, scène et coulisses : auteur, adaptateur, acteur, metteur en scène, directeur de troupe et de festival, il est un homme-orchestre du théâtre », souligne Benoît Barut . Camus affirmait dans une interview qu’il avait une passion pour le théâtre et que c’est le seul lieu du monde où il se sentait heureux. Il exploitait même dans ses romans et nouvelles l’efficacité dramatique de la prise de parole directe des personnages, du temps et de l’espace scénique… Cette caractéristique de l’art camusien a retenu d’ailleurs l’attention de certains critiques. Pour Raymond Gay-Crosier, « [la théâtralité] de Camus se situe moins sur le plan dramatique que celui de la rhétorique ». Laurent Mailhot souligne la présence « d’un intertexte dramatique et tragique, des confrontations sur tous les plans, les difficultés de l’amour et du dialogue ». Mais ces caractéristiques tiennent-elles suffisamment compte de l’écriture théâtrale d’un romancier comme Albert Camus? Ses textes ne contiennent-ils pas en germe leur théâtralité et mettent en lumière leur « hybridité » ?
Le traitement de l’espace dans certaines nouvelles comme « Jonas », le discours des personnages comme le Renégat ou le prêche de Paneloux, l’univers axiologique de Clamence, le métadiscours qui s’apparente à une didascalie … sont autant de traces de l’appropriation du théâtre et de son insertion dans la trame du récit
Nous voulons nous interroger dans ces journées d’études sur la spécificité du discours théâtral de Camus dans ses récits. Nous pouvons nous demander si le mode de représentation mimétique est une force d’unification et d’homogénéisation des récits ou une force de déstabilisation et d’éclatement de l’univers romanesque. Pourquoi Camus éprouve-t-il le besoin d’emprunter au théâtre certains procédés qu’il exploite dans ses nouvelles et ses romans ? Quel est l’impact de l’écriture théâtrale sur le discours narratif et sur les lecteurs ? Le théâtral n’est-il pas la marque d’ironie du narrateur signalant la distance de Camus par rapport à ses personnages ?

Nous aimerions favoriser une approche poétique et stylistique. Nous proposerions quelques axes de réflexion à titre indicatif :
– Le discours théâtral et le discours narratif chez Camus
– Les manifestations du théâtral dans les textes narratifs de Camus.
– Stylistique du discours théâtral dans les récits de Camus
– Théâtralité et hybride dans les récits de Camus
– Espace, temps, théâtre et théâtralité

Comité scientifique : Guy Basset, Christiane Chaulet- Achour, Pierre Garrigues, Jeanyves Guérin, Martine Mathieu-Job, Hélène Rufat, Jean Sarocchi, Vincent Siano, Agnès Spiquel, Mustapha Trabelsi.
Comité d’organisation : Leila Euchi, Mariem Ahmed, Faycal Mezhoudi, Marwa Abid, Mouna Sassi, Lamia Riahi.

Les titres et résumés des communications, d’environ une demi-page, accompagnés d’une notice biographique sont à envoyer uniquement par voie électronique avant le 30 juin 2016 à :
laila.euchi@yahoo.com

Calendrier :
30 juin 2016 : Réception des propositions de communication
30 juillet 2016 : Notification aux auteurs
17-18 octobre 2016 : journées d’étude
juin 2017 : publication
Responsables : Laila Euchi et Mustapha Trabelsi

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks


  • Contactez-nous
  • Extranet