Témoignage de Pierre Hawawini.

De Camus à Cohen à Cosseri à Cioran et d’Alexandrie à Aix en Provence…
Pas à pas en ami, à ses côtés en route pour Tipasa…
Sur la route en chemin, en pèlerin pour Lourmarin..
Camus m’est tombé dessus sur le chemin de l’exil, d’Alexandrie à Aix en Provence…
Je ne vis plus et ne regarde plus l’autre comme avant, désormais avec lui, j’admire, la description d’une lumière, la découverte d’un site, la rencontre avec un peuple, l’affirmation d’une volonté, le refus du désespoir, de l’absurdité de la vie, le sens de la bonne vie.
La lecture de Camus est un pansement, une nourriture pour l’esprit, oui tout est bien chez lui, tout est juste, tout est bon avec lui.
Tu nous manques Albert.
Tes écrits et ton souvenir, nous aident à ne pas désespérer.
Nous sommes tous orphelins de toi……

Pierre Hawawini
Alexandrie Aix en Provence Marsanne en Drôme

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks


  • Contactez-nous
  • Extranet