Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

COLLOQUE INTERNATIONAL « CAMUS ET FAULKNER – ÉCRITURE ET MODERNITÉ »
Université d’Aarhus, les 29 et 30 mai 2015
Organisé par Hans Peter Lund de la Société des Études Camusiennes et Steen Bille Jørgensen Université d’Aarhus – Groupe de recherche en Modernité et Transfert Culturel

PROGRAMME
Vendredi 29 mai,
à Konferececenter, mødelokale 2
Présidente de séance : Agnès Spiquel
9h30 Steen Bille Jørgensen
Mot de bienvenue
Hans Peter Lund
Introduction
Eugène Kouchkine
« Faulkner et Camus face à Dostoiëvski: Pourquoi souffrir? »
Pierre-Louis Rey
« « Obscur à soi-même », obscur au lecteur ? Le roman américain, Faulkner et Camus. »
Hans Peter Lund
« Paraboles de guerre : A Fable (Parabole) entre La Peste et La Route des Flandres. »

14h30 Président de séance : Pierre-Louis Rey
Virginie Lupo
« Requiem pour une nonne, de Camus : Adaptation, variation ou hommage à Faulkner ? »
Philippe Forest
« Poétique du deuil, politique du deuil: Requiem pour une nonne et Les Justes. »
Brigitte Sändig
« La tragédie et la psychologie – Camus devant le roman de Faulkner Requiem for a nun

Samedi 30 mai,
à Nobelparken, Nobelsalen (1485, 123)
Président de séance : Hans Peter Lund
9h30 Clotilde Coquet
« Lyrisme – paysage et nature chez Faulkner et Camus »
Christiane Prioult
« William Faulkner et Albert Camus : Modernité et questionnement sur l’humain. »
Vincenzo Mazza
« William Faulkner au croisement de deux hommes de théâtre : Albert Camus et Jean-Louis Barrault »
12h30 Clôture

Contact / Inscription: Steen Bille Jørgensen, romsbj@dac.au.dk

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Paris mardi 19 mai 2015 de 19h à 21h à la Maison de l’Amérique latine

Rencontre-débat exceptionnelle autour du livre Camus et l’impossible Trêve civile (éditions Gallimard)

Cette rencontre, animée par Georges Morin (président de l’association « Coup de soleil ») réunira Yvette Langrand, Christian Phéline et Agnès Spiquel-Courdille qui ont établi, annoté et commenté une série de textes passionnants sur cet épisode crucial de la guerre d’Algérie, le récit qu’en a fait Charles Poncet, grand ami algérois d’Albert Camus et la correspondance que Poncet a ensuite échangée, vingt ans plus tard, en 1976, avec un autre initiateur de cet Appel, le militant nationaliste Amar Ouzegane.

Seront présents également Benjamin Stora, qui replacera l’Appel dans son contexte historique et Edwy Plenel, qui insistera sur l’écho particulier qu’il suscite aujourd’hui

Inscription obligatoire (Nom, prénom et adresse mail) à association@coupdesoleil.net

Maison de l’Amérique latine, 217 boulevard Saint-Germain, Paris 7ème, métro Solférino ou Rue du Bac ((ligne 12)

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Angers, théâtre Claude-Chabrol, mercredi 10 Juin à 20h

Caligula d’Albert Camus

Représentation par le théâtre La Galerie

http://associationlagalerie.overblog.com/

Théâtre Claude-Chabrol 14 rue de Pruniers, Angers Tél : 07 86 97 61 69

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

De l’absurde à la révolte. Dynamique de la pensée d’Albert Camus.
Les 25-26 février 2016, Université Jagellonne de Cracovie

Près de soixante-cinq ans ont passé depuis la publication de L’Homme révolté, considéré par Camus comme essentiel pour ses réflexions philosophiques. Loin de l’analyse individualiste qui peut être trouvée dans Le Mythe de Sisyphe, cette œuvre présente une interprétation large de la contemporanéité. Elle est dirigée, par la catégorie de la mesure, vers la recherche d’un mode de vie contraire et condamnant les solutions des totalitarismes du XXe siècle.
L’objectif de ce colloque est de discuter les aspects philosophiques des deux concepts-clés de la pensée philosophique de Camus : l’absurde et la révolte, en tenant compte de l’effet et l’importance particulière de la révolte dans l’œuvre de l’auteur.
Nous voulons que le colloque devienne un champ de débat philosophique sur la dynamique de l’itinéraire philosophique de Camus. L’analyse de la progression de la pensée à partir de l’expérience individuelle et de la conscience de l’absurde jusqu’à la compréhension du rôle de la révolte à travers la solidarité avec les autres devrait jouer le rôle essentiel dans notre discussion. Notre souhait est que la réunion nous permette de trouver de nouvelles réponses à d’anciennes questions suscitées par les principaux problèmes de la pensée philosophique de Camus.
Nous encourageons les participants à regarder la conception de Camus à travers le prisme de nombreux points de référence. Les textes eux-mêmes du penseur offrent une richesse d’interprétation, mais nous sommes également intéressés par les études consacrées à la réception et à la critique de son œuvre. Dans le contexte de la question de la révolte, nous encourageons en particulier à repenser les influences morales, politiques et littéraires des solutions de Camus.
En prenant en compte la diversité du débat, nous encourageons à soumettre des propositions comprenant l’approche interdisciplinaire des œuvres de Camus. Nous sommes convaincus que l’approche de la complexité de la pensée littéraire et philosophique de Camus nécessite de se référer à une grande variété de domaines de recherche, et que cette perspective ne peut avoir que des résultats positifs.
Les thèmes de recherche proposés pour notre colloque peuvent concerner les questions indiquées (mais sans se limiter à ces questions) :
De l’absurde à la révolte : analyse de la dynamique dans la philosophie, la littérature et le théâtre de Camus.
Révolte dans la pensée de Camus – aspects métaphysiques, politiques et littéraires des analyses de Camus dans L’Homme révolté, La Peste et d’autres œuvres sélectionnées.
Esthétique de l’absurde et de la révolte dans les œuvres de Camus – analyse comparative.
Camus par rapport aux courants philosophiques des années 40 et 50 (relations des œuvres de Camus avec la phénoménologie, l’existentialisme, le marxisme et d’autres courants sélectionnés de son époque)
Étude de l’absurde et de la révolte dans le contexte des analyses contemporaines – leur signification et interprétations actuelles.
Les résumés des communications en format .doc ou .pdf (maximum de 300 mots) avec information sur l’auteur (maximum de 100 mots) devraient être envoyés à conference@albertcamus.pl jusqu’au 30 octobre 2015.
La notification d’acceptation de la présentation et le programme du colloque seront disponibles à partir du 15 novembre 2015.
Langues acceptées : français, anglais.

Les articles rédigés sur la base de présentations sélectionnées dans la critique seront publiés sous forme de monographie après le colloque.

Les frais d’inscription à la conférence sont de :
25 € (seulement la présentation)
50 € (la présentation et la publication)

La conférence est cofinancée par le fonds du Centre National des Sciences.

Comité scientifique:
Prof. Agnès Spiquel
Prof. Sophie Bastien
Prof. David Sprintzen
Prof. Ignacy Stanisław Fiut
Prof. Czesława Piecuch
Dr hab. Piotr Mróz

Comité d’organisation:
Dr hab. Piotr Mróz
Dr hab. Joanna Hańderek
Dr Maciej Kałuża

www.albertcamus.pl

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Niort, jeudi 23, vendredi 24 et samedi 25 avril à 20h30

L’État de siège d’Albert Camus, par Le Rafiot.

Représentation sous chapiteau, au 30, chemin des Coteaux-de-Ribray à Niort.

Que nous reste-t-il pour résister à un régime totalitaire ? C’est la question, brûlante, toujours d’actualité, que pose La Chaloupe en préambule aux trois représentations de sa troupe amateur du Rafiot, à Niort.

Sur scène, autour du metteur en scène Nicolas Beauvillain, quatorze acteurs amateurs ont embarqué dans ce nouveau voyage intérieur, après avoir revisité Prévert en son groupe Octobre, l’an passé.

Réservations au 05.49.73.53.17 nr.niort@nrco.fr

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Appel à souscription jusqu’au 1er juin, préalable à la publication de Edmond Charlot Catalogue raisonné d’un éditeur méditerranéen, Ed Domens, 380 p., 1000 illustrations. A l’occasion du centenaire d’Edmond Charlot, éditeur algérois et premier éditeur d’Albert Camus.
editions.domens@domens.fr

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Albert Camus, Kaligoula, traduction en créole martiniquais, Jean-Marc Rosier, Fort-de-France, K. Éditions, 2015, 160 p

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Orléans, théâtre Gérard Philipe

Le 21 avril à 20h30

L’Étranger d’Albert Camus, mise en scène de Pierre-Jean Peters

Théâtre Gérard Philipe Place Sainte-Beuve, Orléans La Source, Tel : 02 38 68 44 61

http://www.orleans.fr/mes-loisirs/spectacles-cinema/salles-de-spectacles/le-theatre-gerard-philipe.htm

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Charles Poncet

Camus et l’impossible Trêve civile

Textes établis, annotés et commentés par Yvette Langrand, Christian Phéline et Agnès Spiquel-Courdille

Hors série connaissance, Presse nationale Françoise d’Avout, Gallimard

Résumé

Le 22 janvier 1956, à la demande de quelques amis musulmans et européens, Albert Camus lance à Alger un « Appel pour une trêve civile ». Alors que déjà une guerre multiplie ses victimes, il s’agit d’obtenir des forces en présence qu’elles évitent au moins de tuer des êtres innocents.
Tandis que l’extrême-droite l’assiège aux cris de « A mort Camus ! Mendès au poteau ! », la réunion reçoit le soutien des Églises comme de Ferhat Abbas. Amar Ouzegane est là, membre du comité d’initiative mais aussi émissaire inavoué du FLN. Deux semaines plus tard, Guy Mollet cède aux ultras de l’Algérie française. La voie est ouverte aux pouvoirs spéciaux, à la Bataille d’Alger puis à la surenchère des violences.
Vingt ans plus tard, Charles Poncet, le plus proche des amis algérois de Camus, entreprend le récit de ce qui fut l’ultime moment de fraternisation des deux communautés. Resté inédit, ce document remarquable, qui relate aussi une forte histoire d’amitiés, est ici publié, éclairé par des informations et commentaires et par une lucide correspondance entre Poncet et Ouzegane sur les leçons de cette initiative de la dernière chance.
Après quatre autres décennies et par-delà son échec immédiat, le choix d’humanité que portait l’appel de 1956 résonne aujourd’hui avec une force intacte. Alors même qu’à la dérive meurtrière du fondamentalisme risquent de répondre le refus de l’Autre ou une escalade sécuritaire, le seul combat n’est-il pas de conserver possible une vie commune où tous trouvent à s’exprimer librement dans le respect de chacun ?

L’auteur

Charles Poncet (New York 1909-Nice 1995) commence à travailler à treize ans comme employé de l’armement Schiaffino. En 1935, il rencontre Camus à Alger et intègre très vite le premier cercle de ses amis algérois. En 1945, il devient chef des ventes de l’éditeur Edmond Charlot, qui avait publié le premier livre de Camus. Membre du groupe des libéraux d’Alger, c’est lui qui suggère, fin 1955, de demander l’aide de Camus. En 1962, il est un temps pigiste à Radio-Alger. Il s’installe définitivement à Nice en 1968. Toute sa vie, il reste fidèle à Camus, écrivant ses souvenirs ou intervenant dans des colloques.

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks



  • Contactez-nous
  • Extranet