Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Lyon, du 21 septembre au 14 décembre 2016,

Albert Camus, du mal à la fraternité

Exposition consacrée à Albert Camus, un événement du Collège supérieur en partenariat avec l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre et RCF. Autour de cette exposition, table ronde, lectures, conférences, rencontres et projection de deux films

Programme sur le site : www.collegesuperieur.com

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Université Paris 8-Vincennes-Saint Denis, département de philosophie

Tous les mardis
(à partir de mardi 27 septembre) 18h-21h – Semestre 1

Cours de master proposé par Barbara Zauli
:

« Les iles bienheureuses.Friedrich Nietzsche, Albert Camus philosophies du Midi ».

Les cours de l’université Paris 8 sont ouverts aux auditeurs externes.

Université Paris 8- Vincennes-Saint-Denis, Bâtiment A- Salle A061
5 rue de la Liberté- Métro Saint-Denis Université-

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Paris, 1er octobre 2016 à 16h

Dans le cadre des échanges Jacqueline Levi-Valensi autour d’Albert Camus, le 22ème Café-Camus se tiendra comme d’habitude au Procope. Agnès Spiquel, professeur émérite à l’Université de Valenciennes, présidente de la Société des Études Camusiennes, proposera une conférence-débat centrée sur :

« Camus et ses amis algérois : l’Appel pour une trêve civile en janvier 1956″.

Participation demandée par le Café Procope en échange d’une collation : 18 euros.

Réservation indispensable avant le 27 septembre 2016 à l’adresse : abdel.z@netcourrier.com

Café Procope 13, rue de l’Ancienne Comédie, Paris 6 (Métro Odéon).

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Le site des Rencontres Méditerranéennes Albert Camus de Lourmarin.

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Bibliographie sélective et cumulative sur Albert Camus, créée par Raymond Gay-Crosier en 1993 et gérée à présent par Jason Herbeck, de l’université de Boise (Idaho).

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Paris, 31 Mai à 19H00 / 01 Juin à 19H00 / 02 Juin à 19H00 / 03 Juin à 19H00

Conférence-Théâtre-Documentaire par la Cie Ampoule Théâtre

« CE QUE J’AI VU À TIPASA (OU PAS) » d’après Noces à Tipasa et Le Mythe de Sisyphe d’Albert Camus

Images, jeu et conception : Nicolas Zlatoff

« Pendant l’été de mes 20 ans chaotiques, j’ai fait un voyage en méditerranée, au bout de la vie. À cette époque, seules deux sensations existaient encore pour moi : la brûlure du soleil sur ma peau et la morsure glacée de la mer sur mon corps. La colère que je portais en moi a disparu un soir d’orage, comme si celui-ci m’avait purgé du mal. J’étais face à la mer. Le lendemain, je découvrais Noces à Tipasa, d’Albert Camus : il y décrit une marche dans des ruines romaines proches de la mer, sous la brûlure du soleil algérien. Au début de l’été de mes 35 ans, j’étais toujours en vie. Je suis allé à Tipasa, en Algérie. Je voulais y retrouver les sensations décrites par Camus, dans la profusion du printemps. Je voulais refaire pas à pas le chemin qu’avait emprunté Camus avant moi. Mais rien ne s’est passé comme prévu : le soleil brillait par son absence et il pleuvait presque tous les jours… Ce voyage est donc un échec. Le spectacle est le récit (réel ? Documentaire ? Pathétique. Théâtral?), de cet échec. »

Théâtre La Loge, 77 rue de Charonne, Paris 11e www.lalogeparis.fr
Tel : 01 40 09 70 40

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Lourmarin, Mardi 17 Mai à 20h30

« Une soirée musicale chez Albert Camus »

L’association des Rencontres méditerranéennes vous propose de découvrir les airs de musique que préférait Albert Camus.

Andrea Büchel (soprano) et Catherine Courvoisier (piano) interprètent Bach, Mozart et Mahler. Le programme est à consulter sur le site : http://www.rencontres-camus.com/

Temple de Lourmarin, Entrée libre
Tél 04 90 68 10 77

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Buenos Aires, les 30-31 août 2016,

Colloque « Albert Camus et le Siècle d’Or espagnol »

À l’occasion des célébrations autour de la figure de Cervantes (mort en 1616) et le siècle d’Or espagnol, la Société latino-américaine des Études Camusiennes propose de mettre en lumière le côté espagnol de Camus, par son origine maternelle et son affinité d’homme méditerranéen, qui se manifeste en particulier dans son admiration pour Cervantes et le Siècle d’Or.
Nous vous invitons à présenter des projets qui prennent en compte l’influence, chez Camus, des valeurs qui se manifestent dans les œuvres du Siècle d’Or : l’honneur, la vérité, la ténacité, un certain ascétisme, la joie de vivre, les contraires et les extrêmes, etc.
Nous cherchons à souligner l’attrait de Camus pour les formes et les caractéristiques du Théâtre du Siècle d’Or, telles qu’on les voit dans ses adaptations et surtout ses propres réalisations, spécialement en ce qui concerne la mise en scène.
Il s’agira de :
- montrer, dans les écrits de Camus, ce qui est en relation avec Don Quichotte
- rappeler que Camus, depuis sa jeunesse en Algérie, traduisit, adapta et mit en scène des œuvres du théâtre espagnol, en participant à la revue Rivages qui publiait des auteurs espagnols. Rappeler son amitié avec l’écrivain d’origine espagnole Emmanuel Roblès, sa collaboration avec Edmond Charlot à la librairie « Les Vraies Richesses ». En France, il adapta Le Chevalier d’Olmedo de Lope de Vega et La Dévotion à la croix de Calderón ; il projetait d’écrire un Don Juan. Ce n’est pas en vain que lui-même a dit : « Par le sang, l’Espagne est ma seconde patrie ».

Nous recevrons les propositions entre le 1er mars et le 30 mai 2016, et les travaux complets jusqu’au 30 juillet.
Nous demandons la présentation suivante :
Police : Times New Roman, en 12 dans les deux cas
Propositions : 200 mots maximum avec présentation de l’auteur : nom, adresse mail, CV minimum
Travaux : 10 pages en A4, espace 1,5
Envoyer à : inescassagne@uolsinectis.com.ar et camuslatinoamerica@gmail.com

Le colloque, avec le soutien de l’Institut des Sciences de l’Imaginaire (Académie des Sciences de Buenos Aires) se déroulera à l’Alliance Française de Buenos Aires, 946 av Cordoba.

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks

Journées d’études de Sfax, les 17 et 18 octobre 2016,

« L’écriture théâtrale dans les récits d’Albert Camus »

Université de Sfax – Faculté des Lettres et Sciences Humaines
Unité de Recherche en Littérature, Discours et Civilisation (URLDC)

« Bien qu’il ne figure pas dans la liste des « écrivains scéniques » patentés – Beckett, Vauthier, Genet –, Albert Camus est l’un des dramaturges à s’être plongés avec le plus de joie dans la réalité du monde du spectacle, scène et coulisses : auteur, adaptateur, acteur, metteur en scène, directeur de troupe et de festival, il est un homme-orchestre du théâtre », souligne Benoît Barut . Camus affirmait dans une interview qu’il avait une passion pour le théâtre et que c’est le seul lieu du monde où il se sentait heureux. Il exploitait même dans ses romans et nouvelles l’efficacité dramatique de la prise de parole directe des personnages, du temps et de l’espace scénique… Cette caractéristique de l’art camusien a retenu d’ailleurs l’attention de certains critiques. Pour Raymond Gay-Crosier, « [la théâtralité] de Camus se situe moins sur le plan dramatique que celui de la rhétorique ». Laurent Mailhot souligne la présence « d’un intertexte dramatique et tragique, des confrontations sur tous les plans, les difficultés de l’amour et du dialogue ». Mais ces caractéristiques tiennent-elles suffisamment compte de l’écriture théâtrale d’un romancier comme Albert Camus? Ses textes ne contiennent-ils pas en germe leur théâtralité et mettent en lumière leur « hybridité » ?
Le traitement de l’espace dans certaines nouvelles comme « Jonas », le discours des personnages comme le Renégat ou le prêche de Paneloux, l’univers axiologique de Clamence, le métadiscours qui s’apparente à une didascalie … sont autant de traces de l’appropriation du théâtre et de son insertion dans la trame du récit
Nous voulons nous interroger dans ces journées d’études sur la spécificité du discours théâtral de Camus dans ses récits. Nous pouvons nous demander si le mode de représentation mimétique est une force d’unification et d’homogénéisation des récits ou une force de déstabilisation et d’éclatement de l’univers romanesque. Pourquoi Camus éprouve-t-il le besoin d’emprunter au théâtre certains procédés qu’il exploite dans ses nouvelles et ses romans ? Quel est l’impact de l’écriture théâtrale sur le discours narratif et sur les lecteurs ? Le théâtral n’est-il pas la marque d’ironie du narrateur signalant la distance de Camus par rapport à ses personnages ?

Nous aimerions favoriser une approche poétique et stylistique. Nous proposerions quelques axes de réflexion à titre indicatif :
- Le discours théâtral et le discours narratif chez Camus
- Les manifestations du théâtral dans les textes narratifs de Camus.
- Stylistique du discours théâtral dans les récits de Camus
- Théâtralité et hybride dans les récits de Camus
- Espace, temps, théâtre et théâtralité

Comité scientifique : Guy Basset, Christiane Chaulet- Achour, Pierre Garrigues, Jeanyves Guérin, Martine Mathieu-Job, Hélène Rufat, Jean Sarocchi, Vincent Siano, Agnès Spiquel, Mustapha Trabelsi.
Comité d’organisation : Leila Euchi, Mariem Ahmed, Faycal Mezhoudi, Marwa Abid, Mouna Sassi, Lamia Riahi.

Les titres et résumés des communications, d’environ une demi-page, accompagnés d’une notice biographique sont à envoyer uniquement par voie électronique avant le 30 juin 2016 à :
laila.euchi@yahoo.com

Calendrier :
30 juin 2016 : Réception des propositions de communication
30 juillet 2016 : Notification aux auteurs
17-18 octobre 2016 : journées d’étude
juin 2017 : publication
Responsables : Laila Euchi et Mustapha Trabelsi

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks



  • Contactez-nous
  • Extranet