19137 novembre : naissance à Mondovi (Algérie, département de Constantine) d’Albert Camus, deuxième fils de Lucien Camus et de Catherine Sintès, épouse Camus. Lucien Camus est gérant d’une exploitation viticole proche de Mondovi.

1914Août : Lucien Camus est mobilisé en métropole. Catherine Camus déménage pour Alger. Elle loge chez sa mère, dans le quartier du Champ-de-Manœuvres avec ses deux enfants et ses deux frères. 11 octobre : mort à l’hôpital militaire de Saint-Brieuc de Lucien Camus, blessé à la bataille de la Marne.

1921. Catherine Camus s’installe avec sa mère et ses fils à Belcourt, quartier populaire de l’est d’Alger. Un de ses deux frères a quitté le foyer ; demeure le second, sourd et presque muet. Catherine Camus gagnera sa vie en faisant des ménages.

1924. Grâce à l’aide de son instituteur, Louis Germain, Camus entre en sixième au Grand Lycée d’Alger (lycée Bugeaud après 1930), situé à l’entrée de Bab-el-Oued, à l’ouest d’Alger.

1929. L’oncle Gustave Acault, boucher qui exerce au centre-ville et possède une bibliothèque étonnante, fait lire à Camus Les Nourritures terrestres, de Gide. Déçu, Camus n’appréciera Gide que plus tard. Il s’enthousiasme pour les ouvrages qu’il emprunte à la bibliothèque municipale de Belcourt, comme la série des Pardaillan, de Michel Zévaco.

1930Octobre : il entre en classe de philosophie, où il suit les cours de Jean Grenier. Il accomplit des exploits comme gardien de but de l’équipe de football du Racing Universitaire d’Alger. Décembre : il subit les premières atteintes de la tuberculose, qui l’éloigne des terrains de football et lui interdira plus tard toute carrière dans l’enseignement public.

1931. Il habite chez son oncle Acault. Mort de sa grand-mère.

1932. Il publie ses premiers essais dans Sud. Jean Grenier lui fait découvrir La Douleur, roman d’André de Richaud. Octobre : il entre en Première Supérieure préparatoire au lycée Bugeaud.

1933. Jean Grenier publie Les Îles, recueil d’essais dont Camus préfacera la réédition en 1959. Son projet de mariage avec la riche et volage Simone Hié le brouille avec l’oncle Acault. Camus changera désormais souvent de domicile. Octobre : il poursuit ses études à la Faculté des Lettres d’Alger.

1934Juin : il épouse Simone Hié.

1935Mai : il commence à rédiger ses Carnets. Fin de l’été : il adhère au Parti Communiste. Automne : il fonde avec des amis le Théâtre du Travail (à partir d’octobre 1937 : Théâtre de l’Équipe) qui mettra en scène de nombreuses adaptations.

1936Avril : Révolte des Asturies, pièce collective de la troupe, est interdite de représentation par le maire d’Alger, mais publiée aussitôt aux éditions Charlot (Alger). Mai : Camus est reçu au Diplôme d’Etudes Supérieures de philosophie ; son mémoire s’intitule « Métaphysique chrétienne et néoplatonisme. Plotin et Saint Augustin ». Fin juillet-août : voyage en Europe centrale, qui met fin à son union avec Simone, et retour par l’Italie.

1937Mai : L’Envers et l’Endroit (Charlot). Camus travaille à un roman, La Mort heureuse (publication posthume). Août-septembre : voyage en Italie. Il quitte le Parti Communiste.

1938Octobre : il entre à la rédaction d’Alger républicain, quotidien qui soutient le programme du Front populaire.

1939Mai : Noces (Charlot). Juin : onze articles sur la Kabylie pour Alger républicain (recueillis dans Actuelles III). 3 septembre : déclaration de guerre. Camus est réformé pour raisons de santé. Il a achevé une première version de Caligula.

1940Mars : il part pour Paris pour entrer à la rédaction de Paris-Soir. 3 décembre : il épouse Francine Faure à Lyon, où son journal s’était replié. Licencié de Paris-Soir, il va habiter Oran, dans sa belle-famille, avec Francine.

1941. Il passe l’essentiel de son année à Oran, mais fait quelques voyages à Alger.

1942Mai : L’Étranger, chez Gallimard, qui éditera désormais la plupart de ses œuvres. Août : il quitte Oran pour Le Panelier (Chambon-sur-Lignon), dans le Vivarais, non loin de Saint-Etienne. Octobre : Le Mythe de Sisyphe. 11 novembre : les Allemands ayant occupé la zone sud de la métropole, Camus est pour une durée imprévisible séparé de Francine, retournée en Algérie.

1943Juin : à Paris, il rencontre Jean-Paul Sartre. Novembre : il devient lecteur chez Gallimard. Décembre : il entre au journal Combat (clandestin).

1944Mai : publication en un seul volume du Malentendu et de Caligula. Juin : création du Malentendu. Lors des répétitions, il a rencontré Maria Casarès. Il donne régulièrement des articles dans Combat, en particulier au lendemain de la libération de Paris.

1945Mai : articles dans Combat à la suite des émeutes qui ont éclaté en Algérie (département de Constantine). 5 septembre : naissance de ses deux jumeaux, Catherine et Jean. 26 septembre : création de Caligula. Octobre : Lettres à un ami allemand (quatre lettres, dont trois ont été publiées dans la clandestinité). Novembre : « Non, je ne suis pas existentialiste.. » (interview aux Nouvelles littéraires).

1946Janvier : interruption provisoire de la collaboration à Combat. Mars-juin : voyage et série de conférences aux Etats-Unis et au Canada. Novembre : début de l’amitié avec René Char. Huit articles à Combat, « Ni victimes ni bourreaux ».

1947Juin : il se retire définitivement de Combat. La Peste connaît, dès sa publication, un immense succès.

1948Octobre : création de L’État de siège, « spectacle » écrit en collaboration avec Jean-Louis Barrault. Automne : Camus soutient le « citoyen du monde » Garry Davis.

1949Fin juin-fin août : voyage en Amérique du Sud, d’où il revient physiquement très affaibli. Décembre : création des Justes.

1950Juin : Actuelles, chroniques 1944-1948. Décembre : Camus s’installe avec sa famille au 29, rue Madame, Paris (VIe).

1951. Publication de fragments de L’Homme révolté : sur Lautréamont (janvier) et sur Nietzsche (août). OctobreL’Homme révoltéNovembre : « Rencontres avec André Gide » dans l‘Hommage à André Gide(décédé le 19 février précédent).

1952Mai : Francis Jeanson publie dans Les Temps modernes (la revue de J.-P. Sartre) un compte rendu blessant de L’Homme révoltéAoût : réponse de Camus dans Les Temps modernes, adressée à Sartre lui-même. Sartre répond à son tour à Camus. Les deux hommes seront désormais brouillés à jamais. Décembre : Camus voyage en Algérie (sur le littoral et dans les Territoires du Sud).

1953Juin : création au Festival d’Angers de deux adaptations de Camus, La Dévotion à la Croix, d’après Calderón, et Les Esprits, d’après Pierre de Larivey. Camus dénonce la répression exercée par les Soviétiques contre les émeutes ouvrières de Berlin-Est. Actuelles II. Octobre : Francine Camus commence à souffrir d’une grave dépression. Début de la rédaction du Premier Homme, roman que Camus laissera inachevé (publication posthume).

1954FévrierL’Été. Désemparé par l’état de santé de Francine, Camus avoue qu’il n’arrive plus à écrire. Octobre : court voyage en Hollande.  »1er novembre » : début de la guerre d’Algérie.

1955Mars : création d‘Un cas intéressant, adapté d’après Dino Buzzati. Avril-mai : premier voyage en Grèce. Mai : premier article dans L’ExpressFin juillet-août : voyage en Italie. Octobre : préface auxŒuvres complètes de Roger Martin du Gard dans la « Pléiade ».

195622 janvier : Camus lance à Alger un appel en faveur d’une trêve civile. 2 février : dernier article dans L’Express, dont il démissionne en raison de désaccords avec le directeur Jean-Jacques Servan-Schreiber sur la question algérienne. MaiLa ChuteSeptembre : création de Requiem pour une nonne, adapté d’après Faulkner. À l’occasion des répétitions, il a rencontré Catherine Sellers, qui tient le rôle principal de la pièce. Novembre : Camus intervient dans Franc-Tireur en faveur des insurgés hongrois réprimés par les forces soviétiques.

1957MarsL’Exil et le RoyaumeJuin : création à Angers du Chevalier d’Olmedo, adapté d’après Lope de Vega. AutomneRéflexions sur la peine capitale, ouvrage qui comprend Réflexions sur la guillotine, de Camus, et Réflexions sur la potence, d’Arthur Kœstler. 16 octobre : le prix Nobel de littérature est décerné à Camus « pour l’ensemble d’une œuvre mettant en lumière les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes ».

1958JanvierDiscours de Suède, ouvrage réunissant le discours de Stockholm (10 décembre 1957) et une conférence donnée à Upsala sur « L’Artiste et son temps » (14 décembre 1957). Mars-avril : voyage en Algérie. JuinActuelles IIIChroniques algériennes (1939-1958). Voyage en Grèce, en particulier dans les Cyclades, où l’accompagne parmi d’autres Maria Casarès. Septembre : séjour dans le Vaucluse. Il achète une maison à Lourmarin.

1959Janvier : création des Possédés, adapté d’après Dostoïevski. Printemps : Camus réside à Lourmarin. Mai : diffusion de l’émission télévisée « Gros plan » (« Pourquoi je fais du théâtre »). Juillet : Camus veille à Venise à la mise en scène des Possédés (théâtre de La Fenice). Août-septembre, puis à partir du 15 novembre : nouveaux séjours à Lourmarin. 20 décembre : dernière interview, publiée dans Venture(printemps-été 1960), sur son métier d’écrivain.

19604 janvier : Camus, qui a quitté Lourmarin pour Paris dans la voiture de Michel Gallimard, succombe avec son ami dans un accident survenu à Villeblin, près de Montereau (Yonne). Il est enterré à Lourmarin.

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks



  • Contactez-nous
  • Extranet